Chung Sang-won (Peria Chronicles) quitte Nexon, le groupe peine à se renouveler

Avec Peria Chronicles, Chung Sang-won devait « réinsuffler de la créativité » chez Nexon. Le développement du MMO est abandonné et Chung Sang-won quitte Nexon. Le groupe peine manifestement à se renouveler.

On l’évoquait récemment, Nexon vient de mettre un terme au développement du MMORPG Peria Chronicles, en cours de conception au sein de la filiale Thingsoft depuis neuf ans et malgré 10 milliards de wons d’investissement (environ 7,5 millions d’euros). La décision de la maison-mère a manifestement été abrupte, prenant de court les équipes de ThingSoft, qui s’interrogeaient sur leur avenir.

14249786_209807596102519_7551327335389067750_o.jpg

La presse coréenne se fait aujourd’hui l’écho du départ de Chung Sang-won de Nexon. Pour mémoire, Chung Sang-won (l’un des pionniers du MMO en Corée, après avoir contribué au développement de l’antédiluvien Nexus - The Kingdom of the Winds avec Jake Song, mais aussi de Kart Rider ou MapleStory) était à la fois à la tête de ThingSoft et vice-président en charge du développement chez Nexon – il avait notamment vocation à réorganiser la nébuleuse de studios de développement travaillant pour Nexon, avec l’objectif de réinsuffler de la créativité au sein du groupe.
Or le bilan de Chung Sang-won n’est manifestement pas jugé à la hauteur des espérances : Peria Chronicles devait être le fer de lance de cette créativité retrouvée mais le projet est donc abandonné faute de pouvoir être concrétisé, et il est aussi l’un des artisans de Durango, le MMO mobile salué par la critique mais dont les performances commerciales sont en deçà des attentes.

Chung Sang-won quitte donc Nexon (on ignore encore qui doit lui succéder) et les observateurs du secteur en Corée s’interrogent sur la quête d’identité que traverse actuellement le groupe. On se souvient que Kim Jung-ju, le fondateur de Nexon, souhaitait vendre son groupe avant de devoir y renoncer faute de trouver un acquéreur ayant les reins suffisamment solides pour concrétiser une telle vente (il fallait débourser la bagatelle de sept à onze milliards d'euros) et parallèlement, le directeur des opérations de Nexon quittera également son poste le mois prochain pour prendre sa retraite.
Entre un fondateur qui entendait jeter l’éponge (là où s’attendait à ce qu’il fixe le cap de son groupe) et des responsables administratif et créatif sur le départ, le premier cercle de Nexon devra manifestement se renouveler pour trouver un second souffle. Et pour l’instant, aucun nom n’émerge pour leur succéder.


Que pensez-vous de Nexon ?

4 aiment, 16 pas.
Note moyenne : (20 évaluations)
3,5 / 10 - Mauvais