Quelles possibilités de retraites ou de reconversions pour les pro gamers ?

Le jeu professionnel est une activité encore jeune et rare, mais en Corée, les problématiques de reconversion (ou plus rarement de retraite) des pro gamers commencent à se poser. Certains imaginent des carrières administratives ou comme joueur en Occident.

Si le « pro gaming » est une activité encore très jeune et que les joueurs professionnels susceptibles d’en vivre (correctement) sont encore relativement peu nombreux, le secteur se développe et s’organise – et plus encore en Corée du Sud, souvent pionnière en matière vidéo ludique. En Corée du Sud, la pratique de jeu vidéo s’impose comme une activité professionnelle depuis déjà plus d’une vingtaine d’années et à ce titre, le pays du matin calme commence à être confronté aux problématiques de reconversion et de retraite des pro gamers.
La KOCCA, la Korea Creative Content Agency, cette agence gouvernementale en charge de la promotion du jeu en Corée, a donc commandé une étude sur le sujet : quid du niveau de vie des pro gamers (coréens) aujourd’hui et surtout de leurs activités au terme de leur carrière ?

Quelles possibilités de retraites ou de reconversions pour les pro gamers ?

On retient notamment de l’étude (qui se focalise principalement sur les joueurs de la LCK, le championnat de League of Legends en Corée, à la fois populaire et d’ores et déjà très structurée) que les joueurs professionnels coréens ont aujourd’hui 20,8 ans en moyenne (et ils sont moins de 20% à avoir plus de 23 ans) et qu’une carrière de pro gamer en Corée dure rarement de plus de huit ans. En d’autres termes, la plupart des pro gamers ont déjà arrêté leur carrière à 25 ans... et sont donc confrontés très tôt aux problématiques de reconversion.
La question se pose d’autant plus que les rémunérations des joueurs sont très variables. Aujourd’hui, les joueurs les mieux classés peuvent espérer être salariés par une structure professionnelle, mais là aussi, les salaires sont très divers : de l’ordre de 140 000€ par an pour les meilleurs joueurs, mais plus de la moitié des joueurs professionnels du circuit LoL en Corée toucheraient moins de 80 000€ par an, quand un quart d’entre eux serait rémunéré entre 5000€ et 8000€ par an. Pour autant, au-delà du salaire, les joueurs disposent souvent aussi de revenus complémentaires (pour plus de 90% d’entre eux), à commencer par les dotations de tournois (pour 73% des joueurs), leurs activités de streamers (62%) ou la participation à des événements rémunérés (46%). Le sponsoring personnel de marques peut aussi apporter des revenus complémentaires substantiels selon les marques, mais seuls 9,8% des joueurs pro du circuit en bénéficieraient.
Au total, entre les revenus salariés et complémentaires, les pro gamers coréens pourraient manifestement espérer gagner en moyenne environ 150 000€ par an, au meilleur de leur carrière pendant quelques années. Le chiffre est élevé, mais s’avère bien plus modeste que celui de nombre de joueurs de sports traditionnels de premier plan par exemple et plus encore quand il s’inscrit dans la carrière d’une vie.

Lorsque leurs performances déclinent, rares sont les joueurs à simplement pouvoir envisager de prendre leur retraite. Pour la plupart, les joueurs de la LCK envisagent une reconversion et ils sont manifestement plutôt confiant dans l'avenir : 88,3% considèrent que l’esport est un secteur d’avenir et 62,3% sont confiants quant à leur propre avenir.
Assez classiquement, ils envisagent de continuer à évoluer le milieu de l’esport : à défaut de poursuivre une carrière de joueurs, ils imaginent des activités d’organisateurs ou commentateurs d’événements esport, ou encore de coachs ou d’encadrants, considérant que l’esport attirera de plus en plus de licenciés accueillis dans des structures de plus en plus nombreuses.
Peut-être un peu plus surprenant (ou vexant), 64,7% des joueurs coréens en fin de carrière dans leur pays envisagent une seconde carrière « à l’étranger », en Chine ou en Occident (plutôt en Chine pour les joueurs de League of Legends, plutôt en Occident pour ceux d’Overwatch). Les joueurs sud-coréens sont réputés et les scènes esports chinoise et occidentale sont jugées encore accessibles même pour des joueurs coréens « âgés ». On constate aussi que plus de 13,7% des joueurs professionnels coréens envisagent leur retraite... pour rejoindre l’armée, dans le cadre de leur service militaire. Tous les jeunes coréens de 18 à 34 ans doivent accomplir entre 21 et 24 mois de services militaires et bien souvent, ce « devoir civique » interrompt une carrière dans l’esport qui n’est pas reprise une fois de retour à la vie civile.

Réactions (26)


  • En chargement...