Mouvements de grève dans l'industrie du MMO en Corée du Sud

L'industrie du MMORPG en Corée connait une phase de transition (chez Nexon, SmileGate ou Netmarble), et elle ne se fait pas sans heurts pour les salariés, qui créent des syndicats et se mettent en grève pour réclamer davantage de considération.

À l’évidence, l’industrie sud-coréenne du MMORPG traverse actuellement une période de transition. Le MMORPG mobile a connu une très forte croissance en Asie (notamment au détriment du MMO PC), mais aujourd’hui, après quelques années de recul, le secteur n’est peut-être pas l’Eldorado que certains espéraient. Le marché du MMORPG mobile est aujourd’hui saturé, et si quelques titres majeurs se démarquent, nombreux sont ceux qui peinent à émerger – parfois malgré des investissements colossaux.
Dans ce contexte, plusieurs géants du secteur (Netmarble, Nexon et même NCsoft) enregistrent des résultats décevants depuis quelques trimestres et certains ont initié de profondes restructurations internes (notamment Nexon, dont la vente a échoué et qui renouvelle actuellement son premier cercle).

Grève chez Nexon

Comme souvent, les « restructurations » ne se font pas sans heurts, notamment pour les salariés. On notait récemment que Nexon abandonnait par exemple le développement de Peria Chronicles, malgré des années de développement, et l’annonce était jugée abrupte par les salariés en charge du projet. Même approche chez Netmarble ou SmileGate, qui fermaient récemment des départements (notamment de recherches), et déplaçaient des salariés d’un poste à l’autre, parfois sans grande concertation, ni souci de compétences (des développeurs sont par exemple assignés à des postes administratifs), quand ils ne sont pas remerciés.

Raison pour laquelle plusieurs grands groupes sud-coréens font maintenant face à des mouvements sociaux, dont la presse locale se fait l'écho. Les équipes de développement de Peria Chronicles posaient début septembre un premier préavis de grève, qui s’est étendu à d’autres départements de Nexon et les salariés de SmileGate (Lost Ark) viennent d’annoncer la création d’un syndicat dans l’entreprise (la SG Guild), visant à défendre leurs intérêts – qui réclament davantage de considération et de concertation au sein des entreprises, afin de garantir davantage de stabilité dans les emplois du secteur.
On se souvient qu’il y a quelques années, les salariés du secteur du jeu avaient réussi à faire plier l’industrie quant aux conditions de travail (la semaine de 52 heures en vigueur en Corée du Sud s’entend maintenant sur sept jours hebdomadaires, et non plus sur cinq jours, ce qui permettaient aux studios d’imposer des heures supplémentaires le weekend). Aujourd’hui, les salariés se mobilisent de nouveau, et font valoir qu’en quelques années, les grands groupes sud-coréens de l’industrie du jeu sont devenus des colosses économiques, mais en oubliant d’adapter aussi leur politique sociale. En attendant que les grèves fassent évoluer la donne ?

Réactions (21)


  • En chargement...