Bless en bêta ouverte le 27 janvier, en téléchargement dès maintenant

Après sept ans de développement et fort d'un budget de 70 milliards de wons, Bless sera officiellement lancé le 27 janvier prochain en Corée. D'ici là, le client est disponible en téléchargement de sorte que les joueurs coréens puissent créer leur personnage dès maintenant.

Bless en bêta ouverte le 27 janvier, en téléchargement dès maintenant

Le studio Neowiz l'avait annoncé : le planning de sortie de Bless serait détaillé ce 15 janvier en Corée et la conférence de presse du développeur se tenait ce matin.
Après sept ans de développement (initié en 2009) et quelque 70 milliards de wons de budget (soit plus de 50 millions d'euros), Bless sera finalement lancé en Corée du Sud le 27 janvier prochain, distribué gratuitement (notamment pour s'assurer qu'il y ait suffisant de joueurs pour alimenter le gameplay PvP), mais aussi financé par un abonnement optionnel permettant de puiser dans une boutique de fonctionnalités additionnelles. Et en attendant le 27 janvier, les joueurs coréens peuvent télécharger dès aujourd'hui une pré-version du client de Bless (un contrôle d'IP est effectué au lancement du jeu), permettant notamment de créer leur personnage, d'en réserver le nom et surtout d'en personnaliser l'apparence -- l'outil de création de personnages se veut riche, et les joueurs sont invités à partager leur création à cette adresse sur le site officiel.

Bless-screenshot-1.jpg

Dans la foulée, la conférence de presse de Neowiz avait aussi vocation à présenter le contenu de Bless. Et selon le développeur, le jeu se veut une synthèse du « RPG » avec sa dimension narrative et immersive dans un monde ouvert (servant de cadre à la progression du personnage et comptant des centaines de créatures dont la plupart peuvent être capturées et dressées) et du « MMO », s'appuyant sur un monde vivant et servant de cadre à des luttes d'envergure.

RxR
RxR

On le sait, Bless revendique une double dimension : le jeu compte deux grands royaumes mais au sein de chaque royaume, les guildes peuvent conquérir des contrées et les administrer en contrôlant une capitale régionale (via des affrontements PvP, mais aussi en gagnant en influence en PvE en luttant contre des world bosses, notamment) et le jeu ambitionne de développer un gameplay politique -- en encourageant des alliances, rivalités ou trahisons entre guildes d'un même royaume, dans le cadre de « guerres civiles », pouvant passer par des escarmouches ou des assassinats ciblés, par exemple. De plus grande envergure, les deux royaumes s'affrontent également dans une « zone de guerre » d'un seul tenant (la frontière entre les deux royaumes) et promet des guerres pouvant opposer deux armées de 100 joueurs chacune -- pour peu que le roi de chaque royaume puisse mobiliser suffisamment de troupes.
Selon le développeur, cette double dimension doit notamment faciliter l'équilibrage : si un royaume compte davantage de joueurs que l'autre, il pourrait dominer en zone frontière, mais les joueurs pourraient enclins à rejoindre la faction la plus faible pour gagner plus facilement en influence au sein de leur royaume. Sur la durée, la puissance des deux royaumes (interne et externe) devrait donc s'équilibrer.

Si ce lancement de Bless est pour l'instant réservé aux seuls joueurs coréens, le studio Neowiz concluait sa conférence de presse en précisant que le jeu a été pensé dès l'origine pour séduire un public mondial. De quoi imaginer, tôt ou tard, une exploitation de Bless aussi en Occident.

Réactions (140)


Que pensez-vous de Bless ?

47 aiment, 23 pas.
Note moyenne : (73 évaluations | 1 critique)
6,2 / 10 - Prometteur

6 joliens y jouent, 7 y ont joué.