Sondage : lequel de ces MMO asiatiques annoncés en Occident attendez-vous en 2016 ?

L'Asie reste la terre d'élection du MMO, mais de plus en plus de MMO coréens ou chinois sont aujourd'hui exportés en Occident de plus en plus rapidement. Entre Black Desert ou Blade & Soul, Bless ou Tree of Savior, auxquels jouerez-vous en 2016 ?

Sondage : lequel de ces MMO asiatiques annoncés en Occident attendez-vous en 2016 ?

C'est une évidence, l'Asie est et reste la terre d'élection du MMO, voire du jeu en ligne, que ce soit sur PC ou plateformes mobiles : la Corée du Sud est l'un des principaux producteurs mondiaux de MMO (au point, dit-on, d'en lancer un nouveau chaque semaine) et la Chine s'impose comme l'un des plus gros marchés mondiaux du MMO (fort de ses plus de 510 millions d'internautes). Mais si l'industrie du jeu asiatique est bouillonnante, les joueurs occidentaux ont longtemps dû faire preuve de persévérance pour découvrir les productions locales, que ce soit en patientant parfois plusieurs années avant de découvrir des versions localisées des jeux concernés, ou en acceptant de jouer en coréen ou en chinois sur des serveurs à l'autre bout du monde.
La donne semble néanmoins avoir changé en 2015 : les marchés asiatiques sont saturés, les MMO locaux subissent la concurrence des MOBA et du jeu mobile et les géants d'Asie sont donc aujourd'hui plus enclins à chercher, plus rapidement, un second souffle sur les marchés occidentaux. En 2016, on verra donc très officiellement plusieurs « MMO venus d'Asie » débarquer en Occident en version localisée -- et si certains de ces titres se sont faits attendre, d'autres sont des jeux très récents même en Asie.
Mais lesquels de ces MMO venus d'Asie qui s'exportent en Occident testerez-vous dans les mois et années à venir ?


Lequel de ces MMO asiatiques annoncés en Occident attendez-vous en 2016 ?

Créé le 29 décembre 2015
Asta, pour la fantaisie de l'Asie
4 %
(13)
Black Desert, pour le gameplay (presque) ouvert
39 %
(141)
Blade & Soul, pour les arts martiaux
29 %
(107)
Bless, pour les conquêtes de territoires
24 %
(86)
Lost Ark, pour le hack & slash
44 %
(159)
Master X Master, pour le gameplay frénétique
3 %
(10)
Moonlight Blade, pour l'univers immense
8 %
(29)
Tree of Savior, pour le choix de classes multiples
19 %
(69)
Autre, merci de préciser
4 %
(16)
365 votants | 70 commentaires

Asta

9.jpg

Présenté en Occident dès 2010 à la GDC (avec déjà des ambitions internationales), Asta sera lancé en 2013 en Corée en se présentant comme un MMO d'envergure, immergeant le joueur au coeur de la « fantaisie de l'Asie » et de « l'esthétique poétique de l'Orient ». Plus concrètement, le jeu s'appuie sur les grandes guerres mythiques d'immortels (héros, dieux et démons) qui parsèment légendes coréennes, chinoises ou japonaises.
Revendiquant un gros volume de contenu (des centaines de quêtes, des donjons et instances, en plus de champs de batailles PvP), Asta ne rencontrera pas le succès escompté en Corée, jusqu'à fermer ses portes. Le jeu est néanmoins ressuscité en Occident sur les serveurs de Webzen, qui réunit une nouvelle équipe de développement pour en assurer les mises à jour à venir.

Black Desert Online

12002636_832245786896443_4521915484307432163_o.jpg

Lancé le 15 juillet dernier en Corée, Black Desert Online est rapidement parti à la conquête du monde (au Japon puis en Russie, notamment) avant de s'annoncer officiellement en version occidentale au cours du premier trimestre 2016, distribué en buy-to-play par Daum.
Notamment grâce à des graphismes particulièrement soignés, BDO attire rapidement l'attention en Corée, tout en revendiquant un gameplay résolument « sandbox ». À sa sortie, le MMO affichera néanmoins des mécaniques de jeu moins ouvertes qu'initialement escomptées (pour plutôt laisser la part belle à l'action brute) et le jeu verra sa population décroître en Corée. BDO semble néanmoins trouver son public en Russie et plusieurs mises à jour à venir ont vocation à replacer le joueur et les guildes au coeur du gameplay. De quoi relancer BDO durablement ?

Blade & Soul

Les Yuns

En 2012, Blade and Soul s'impose rapidement comme l'un des blockbusters massivement multijoueurs coréens : le MMO d'arts martiaux de NCsoft séduit par se graphismes (signés par Hyung-tae Kim) et son gameplay débridé reposant à la fois sur une solide trame narrative (une approche rarement exploitée en Corée jusqu'alors) et un fort sentiment de puissance se dégageant des personnages. En Corée, le jeu attire un nouveau public (notamment féminin) et B&S est rapidement annoncé en version occidentale... qui sera néanmoins plusieurs fois repoussée. Après plusieurs phases de bêta-test, la version localisée du MMO d'arts martiaux sera finalement lancée en Europe et outre-Atlantique à partir du 19 janvier 2016.

Bless

mplayerc2012-11-0622-17-43-22.jpg

Signé par le studio NEOWIZ et confié à une équipe ayant fait ses armes sur (les sièges de forteresses de) Lineage II, Bless mise sur une progression PvE puis sur un end-game reposant sur des mécaniques PvP et RvR : les joueurs se répartissent au sein de deux grandes nations qui s'affrontent, mais rivalisent aussi au sein de chaque nation pour déterminer qui en prendra la tête. Chaque guilde tente donc de conquérir des cités et des territoires, d'imposer sa loi à des vassaux pouvant jurer allégeance ou trahir, jusqu'à ce qu'un roi soit désigné à la tête du royaume. L'enjeu de gameplay repose donc à la fois sur des conflits internes (guerres de guildes) et à l'échelle des deux royaumes (RvR) et chacun devra choisir ses priorités, pour ses intérêts personnels ou ceux de son royaume.
Après plusieurs refontes et plusieurs phases de tests, la version finale de Bless est attendue en Corée début 2016 (la date précise sera annoncée mi-janvier). Une version occidentale est annoncée depuis le début du développement.

Lost Ark

Lost-Ark-Cut-scenes.jpg

Réalisé par le studio coréen SmileGate (déjà à l'origine du très populaire CrossFire), Lost Ark se veut un MMO hack & slash en monde ouvert : le joueur opte pour l'un des dix-huit archétypes de personnages disponibles (ayant tous des capacités et spécialisations qui lui sont propres) et se lance à l'aventure. Mais si Lost Ark reprend les codes du hack & slash (visuellement ou en termes de chasse aux monstres), le jeu se veut aussi un « vrai MMORPG », laissant la place à l'exploration (sur terre ou sur mer, en décryptant d'anciennes cartes, en déterrant des trésors enfouis), aux combats mais aussi aux interactions sociales (via des compétences de « vie quotidienne »), ou encore au jeu de groupe et de guildes (par exemple face à des world bosses nécessitant que tous les joueurs, novices comme vétérans, se mobilisent). Le jeu est attendu courant 2016 en Corée, puis rapidement en Chine et enfin en Occident.

Master X Master

maxresdefault.jpg

Présenté comme le renouveau du « jeu casual » de NCsoft en Corée du Sud, Master X Master affiche un gameplay hybride de jeu d'action en ligne, à la fois PvE et PvP, librement inspiré des MOBA, mâtiné de run & gun voire de jeu de courses, le tout mettant en scène plusieurs des héros emblématiques des licences du groupe (issu des univers de Blade & Soul, de Lineage, ou encore d'Aion). Et dans MXM, le joueur débute chaque partie en sélectionnant deux héros et pourra passer de l'un à l'autre à la volée, selon les circonstances (pour alterner combat à distance et au corps à corps, par exemple, ou un rôle de DPS et de soigneur). De quoi se lancer immédiatement dans l'action et trouver aisément sa place au sein d'une équipe.
Master X Master est attendu « début 2016 » en Corée du Sud et doit suivre en Occident, quand bien même aucune date n'ait encore été officiellement annoncée.

Moonlight Blade

20140315065948a0dqfzlf1vikpg7f.jpg

Signé par le géant chinois Tencent et présenté comme un MMO d'arts martiaux inspiré des canons du wuxia, Moonlight Blade se démarque notamment par son gigantesque univers ouvert à explorer, intégrant des types d'environnements multiples, une faune et une flore variées, des cycles jours / nuits ou encore une gestion dynamique du climat.
Le vaste monde de Moonlight Blade sert un gameplay largement articulé autour d'affrontements entre joueurs, que ce soit à l'échelle des factions (quatre sont disponibles), des alliances ou des guildes de joueurs, qui rivalisent pour le contrôle de territoires. Le PvP est également au coeur des principales quêtes (d'assassinat, notamment) ou des rivalités entre écoles martiales.

Tree of Savior

Jardin guilde

Signé par Hakkyu Kim, le papa de Ragnarok Online dont il se veut l'héritier, Tree of Savior plonge le joueur dans un monde (en 2.5D) abandonné par sa déesse protectrice et en proie aux assauts de monstres. Il faudra les repousser, notamment en développant de (nombreuses) techniques de combat : Tree of Savior vante ainsi le nombre de ses classes jouables (plus de 80 spécialisations sur la base de quatre archétypes) permettant de largement personnaliser son style de jeu.
Disponible en bêta ouverte en Corée du Sud depuis le 17 décembre, Tree of Savior fait aussi l'objet d'un bêta-test occidental, reposant sur une version du jeu traduite par les joueurs eux-mêmes, grâce aux outils mis à disposition par le studio IMC Games. Ces versions localisées sont officiellement attendues en Occident courant 2016.

Réactions (70)


  • En chargement...